Téléchargez les pages "Les démarches après un décès"

Les démarches après un décès

L'administratif et l'humanité : deux mondes à faire cohabiter.

Après l’acte de décès signé et la cérémonie de passage célébrée, les proches d’une personne décédée doivent se confronter aux démarches administratives pas toujours simples à effectuer. En général, les pompes funèbres avisent l’état civil, qui avise à son tour les institutions étatiques (communales, cantonales et fédérales, impôts, AVS…).

Quant aux proches, ils préviennent :
- le médecin traitant, le personnel soignant
- les assurances maladie, accidents, vie…
- l’employeur
- l’institution de prévoyance, la caisse de retraite
- les établissements où la personne détenait des comptes (banques, postfinance)
- la gérance / le bailleur
- les services concernés par le paiement de l’électricité, le téléréseau, le téléphone…
- le notaire et / ou le greffe du Tribunal régional concerné si un testament a été déposé

Si besoin, un certificat d’hérédité peut être demandé auprès d'un notaire.

Le parcours administratif ne s’arrête pas là. Les survivants auront à demander les éventuelles rentes (veuf / veuve, orphelin) auxquelles ils auront droit. Ils devront mettre à jour la situation fiscale, établir une déclaration de succession… Ces démarches, très pénibles pour les proches en état de choc, s’avèrent plus simples si les survivants connaissaient la situation économique et financière du défunt et de la famille.

Mais qu'il est difficile d'entrer dans cette succession de démarches, alors qu'il faut franchir la marche de la présence à l'absence, de la vie… à la mort !
Un jour, Jean-Philippe décède subitement dans un accident. Le choc. Comment faire entrer la vie d'un homme féru de grands espaces, créatif, sensible et hors normes dans une montagne de formulaires plus inaccessibles que les grands sommets ? A y perdre son français comme le relate son épouse dans son témoignage, submergée par la vague administrative et les classeurs découverts à ce moment-là.

Anne Fontaine, femme ressource





















« Saut virage
chute choc.
Dans un glissement
pas ad hoc
des sommets blancs
de passage,
La vie s'arrête,
le corps en naufrage »

Anne Fontaine






Complément "Démarches administratives"
Complément "Accompagnement administratif et social"
Complément rectificatif "Certificat d'hérédité et rente de veuf/veuve"

Témoignage: Linda Chappuis

« Je me souviens bien sûr de la St Valentin, le jour où Jean-Philippe est mort. Dès le lendemain, j’ai eu l’impression d’être entraînée dans une spirale infernale. Je suis de langue anglaise et n'avais jamais dû m'occuper de l'administratif ni écrire une lettre en français auparavant. Nous avions des revenus modestes et j’avais peur, très peur, de faire une erreur et de risquer, avec deux enfants, de perdre un droit, parce que je n’avais pas compris. Au téléphone, il faut répéter : « Je vous appelle parce que mon mari est décédé. » Ces mots si difficiles qui brisent la voix. On vous dit : « Madame, vous n’êtes pas la seule ! » J’ai dû biffer son nom du compte de chèques, ça fait mal, je n’étais pas prête à ce geste. Une chose est certaine, la lourdeur des tâches administratives, durant presque huit mois, m'a empêchée de vivre mon deuil. Elle n'a pas seulement ajouté à mes douleurs, mais elle a, je crois, prolongé ma souffrance. On ne nous laisse pas le temps de respirer, de simplement regarder l’herbe pousser… Mon souhait est qu’il existe de l'aide, de l'information, mais aussi un contact humain, qui puisse soulager de la lourdeur de ces changements non désirés. »

Témoignage recueilli par Francine del Coso, journaliste et Anne Fontaine