Téléchargez la page "Du bon usage des pompes funèbres"

Du bon usage des pompes funèbres

L’offre ne manque pas… Alors, comment et quand choisir ?

C’est aux entreprises de pompes funèbres que l’on a délégué, durant plusieurs décennies, la responsabilité de s’occuper de nos défunts… soulagé d’éloigner la mort de notre quotidien ! Cette responsabilité, elles l’ont assumée, avec le pouvoir que cela implique, désinvestissant trop souvent les familles d’une participation active dans la préparation et l’organisation des funérailles.
Avec l’émergence des soins palliatifs, les jours autour de la mort ont été réinvestis par les familles et les proches afin de leur permettre de vivre les gestes qui les aideront par la suite à entrer dans un travail de deuil.
Incontournables - pour ne pas dire indispensables - elles sont près de quinze entreprises à offrir leurs services dans le canton de Neuchâtel parmi une trentaine présentes dans l’Arc jurassien. Et, dans la très grande majorité des cas, elles sont contactées en tout premier après un décès. Toutes ces entreprises ne travaillent pas avec la même sensibilité. Lors d’un décès, le choix de l’une ou l’autre peut dépendre des spécificités de chacune. Ainsi, à côté d’une offre générale de « base », certaines proposent leurs conseils pour « débarras et nettoyages d’appartements » tandis que d’autres laissent la famille rédiger elle-même le fairepart, sans proposer d’aide !
Oui, la qualité d’écoute et d’empathie, la disponibilité et la souplesse, varient considérablement de l’une à l’autre… alors comment choisir ?
Il se peut que l’écho d’un ami, une mauvaise expérience personnelle, un service funèbre auquel on a assisté, ses propres moyens financiers donnent des pistes de choix… encore que ! Alors, pourquoi ne pas anticiper ?

Je pense à cet homme en fin de vie qui ne voulait en aucun cas telle entreprise pour ses funérailles : cette dernière avait transporté jusqu’au cimetière l’urne contenant les cendres de son papa dans le coffre de la voiture… « Il méritait mieux que ça ; il aurait dû être à l’avant, sur le siège du passager ! »
Finalement, les critères de choix seront fonction des besoins et des attentes des uns et des autres. Encore faut-il oser y penser. Car, comme le disait en substance Friedrich Dürrenmatt : ce qui donne du sens à la vie c’est de savoir que nous sommes mortels.

Gérard Berney, aumônier



  • DEPARTURES un film de Yojiro Takita, Japon 2008 ; oscar du meilleur film étranger

  • LA MORT HUMANISEE, Edmond Pittet, Ouverture, 2009


















  • POSSIBLE
    Aux funérailles d’une mère de deux enfants en bas âge, ses quatre meilleures amies ont tenu à porter le cercueil à la sortie de l’église.






    INDIGNÉ
    « Lors de la mise en bière de mon épouse… elle a subi sa dernière maltraitance ! »






    Complément "listes des entreprises de pompes funèbres": Neuchâtel - Jura - Jura bernois



    Les soins au mort

    Elle a un teint de porcelaine et sa jeunesse ne laisse rien présager de son métier de thanatologue. Elle l’a choisi parce que quelques années plus tôt, elle n’a pas reconnu dans son cercueil l’un de ses amis, mort dans un accident. Le souvenir de ce visage dont personne ne s’était véritablement occupé l’a poursuivie.

    La première personne qu’elle a habillée et préparée était une vieille dame qu’elle connaissait, à qui elle a simplement continué de parler. Elle a vérifié la couleur de la peau, au fil des heures, pour que ses visiteurs la trouvent belle.